Connectez-vous !
Créez votre compte !
Inscription à la newsletter
accueil  »  actualité
Championnats du monde : février sera intense pour l'équipe de France
Photo DR - FFvoile
Photo DR - FFvoile
Publié le 10/02/2020
0 commentaires
redac
La rédaction Voile Légère :)
Epreuves majeures pour l'équipe de France de voile en vue des Jeux Olympiques de Tokyo, les championnats du monde 2020 s'enchainent en baie de Melbourne en février pour les Lasers féminins et masculins, les 49er féminins et masculins, les planches RS :X et les Nacra 17. Si les Français ont pour objectif de remporter un maximum de médailles, l'épreuve sera surtout l'occasion de marquer les esprits à six mois des Jeux Olympiques.

Guillaume Chiellino, directeur de l'équipe de France. Nous allons vivre de beaux championnats du monde en baie de Melbourne, un lieu extraordinaire pour faire de la voile. A 6 mois des Jeux, les adversaires ne trichent pas et tous viendront pour gagner. C'est un rendez-vous important à ne pas manquer sur la route vers Tokyo. Dans les 7 disciplines, il y a eu un très gros travail hivernal. Certains sont arrivés en Australie début janvier et ont pu longuement s'entrainer. Le mois de février s'annonce intense.

Les 49er, masculins et féminis, et Nacra ouvrent le bal

Premiers en piste les dériveurs dubles haute performance, 49er femmes et hommes, ainsi que les catamarans à foil mixtes, Nacra,  débutent leur championnat du monde à Geelong, ce lundi 10 février.

En Nacra, Quentin Delapierre & Manon Audinet, le jeuneduo sélectionné pour Tokyo appréhende ce mondial comme une étape décisive avant les Jeux Olympiques.

Manon Audinet, Nacra, sélectionnée pour les Jeux Olympiques : «  Nous avons eu une grande frustration lors du dernier mondial en Nouvelle Zélande en décembre 2019. Nous avons tout mis en place pour progresser, sur les départs notamment. On va essayer de se rattraper ici. Le plan d'eau n'est pas facile avec des changements de vents fréquents. Ce ne sera pas seulement des courses de vitesses, mais aussi de tactiques. L'objectif est de faire ce qu'on sait faire, on a les billes pour bien naviguer et jouer aux avant-postes. Il nous reste à mettre tout cela en place et faire la meilleure performance possible. »

Du côté des 49er, le duo d'ores et déjà sélectionné pour les Jeux, Lucas Rual & Emile Amoros seront challengés par leurs acolytes de l'équipe de France Erwan Fischer & Clément Pequin et Kévin Fischer & Yann Jauvin.

Emile Amoros, 49er, sélectionné pour les Jeux Olympiques. Maintenant que nous sommes sélectionnés, toute notre approche est différente, le but ultime est d'être prêts dans 6 mois et nos collègues sont là pour nous accompagner. Le but sera évidemment de performer lors de ce mondial. C'est une très belle marche vers Tokyo pour engranger beaucoup de connaissances car c'est encore en régate que l'on apprend le plus. Avec Lucas on forme un beau duo, nous sommes bien en phase pour aller au bout de nos objectifs.

Chez les filles en 49er FX, si la série n'est pas encore qualifiée pour Tokyo, deux équipages français vont tout mettre en œuvre pour marquer les esprits : Lili Sebesi & Albane Dubois et Julie Bossard & Aude Compan.

Jean-Baptiste Bernaz vise le titre en Laser

Du 11 au 16 février, 131 concurrents, parmi lesquels les meilleurs Laséristes du monde vont se jauger et s'affronter pour le titre mondial. A 6 mois des Jeux, et quelques semaines après avoir remporté le titre de Champion d'Océanie, Jean-Baptiste Bernaz compte parmi les favoris de l'épreuve.

Jean-Baptiste Bernaz, Laser. Tout va très bien, je suis confiant, je vais vite ! Ce mondial me sert de repère car c'est la dernière confrontation avant les Jeux. Il va y avoir un très gros niveau. Mais comme toutes les régates, je viens pour la gagner. Pour moi c'est un vrai challenge car je vise le titre de champion du monde que je n'ai jamais eu… j'y suis presque. Le plan d'eau est physique avec beaucoup de vent, du clapot, et du rappel tous les jours. Je me suis bien préparé ici, il ne devrait pas y avoir de pièges.

Radial, 5 françaises capables de performer

Après les Lasers standard (masculin), les Lasers Radial (féminin) prennent le relais à Sandringham, dans la baie de Melbourne. La délégation française compte sur Marie Barrué, Marie Bolou, Louise Cervera, Mathilde de Kerangat et Pernelle Pichon. Toutes sont capables d'accrocher un top 10.

Marie Barrué. L'ambiance entre nous est super, nous nous entrainons chacune de notre côté mais nous retrouvons le soir. Sur ce mondial, tout le monde va être à 200%, c'est le dernier mondial avant les Jeux, le niveau est très exigent, la barre est haute. Si l'objectif de l'année restent les Jeux Olympiques, il s'agit aussi de performer ici et de toujours continuer à progresser. J'ai navigué tout le temps cet hiver, tout se peaufine assez bien. J'ai tout pour réussir, mais le plus dur c'est de tout mettre en œuvre pour faire de belles choses pendant la régate… ca se joue donc aussi au mental.

» En compétition
#Championnats
#49er
#Laser
#Nacra 17
#2020
commentaires
Plus de commentaires
Envie de participer à la conversation ?
Identifiez-vous ou créez un compte !