Connectez-vous !
Créez votre compte !
Inscription à la newsletter
accueil  »  actualité
JO 2024 : le point sur le dossier du Laser qui joue son maintien comme support olympique
Photo DR - Richard Gladwell - JO Rio 2016
Photo DR - Richard Gladwell - JO Rio 2016
Publié le 25/07/2019
0 commentaires
redac
La rédaction Voile Légère :)
En renouvelant le Laser comme support olympique pour 2024, World Sailing avait assorti sa décision d'une clause concernant les relations entre l'association internationale de la classer Laser (ILCA) et son fabricant européen. Ceux-ci avaient en effet jusqu'au 31 juillet pour trouver un accord, faute de quoi la décision de la fédération internationale pourrait de nouveau être soumise au vote. A quelques jours de l'échéance, il semblerait que la situation ne soit pas encore réglée...

ILCA et Laser Performance, rappel des faits

Le plus gros fabricant au monde de Laser est européen, il s'agit en effet de LaserPerformance (Performance Sailcraft Europe avant sa fusion avec Vanguard en 2007) tandis que le détenteur des droits n'est nul autre que l'ILCA elle-même. Sur fond de mésentente, cette dernière a retiré sa licence de constructeur à celui-ci, plongeant ainsi tout les pratiquants et les revendeurs dans une situation inédite. En effet, si LaserPerformance détient les droits de commercialisation du Laser sur l'essentiel des marchés européens, américains et asiatiques, seuls deux autres constructeurs se partagent les quelques zones restantes, constructeurs basés au Japon et en Australie.

En renouvelant le Laser comme support olympique, World Sailing a rappelé ses règles anti-trust qui visent à s'assurer que les supports sélectionnés ne soient pas aux mains d'un nombre trop limité de fabricants. La résolution du litige entre l'ILCA et LaserPerformance, ainsi que l'aboutissement de nouvelles négociations commerciales, s'avèrent donc essentiels.

Une parade de l'ILCA pour conserver son statut olympique

Depuis le 1er juillet, l'ILCA a proposé une modification de ses règles de classe visant à supprimer l'obligation pour les fabricants d'être détenteurs d'une licence d'utilisation de la marque Laser pour être approuvés. La nouvelle règle permettrait ainsi l'ouverture de la production du monotype à d'autres opérateurs et atténuerait le quasi-monopole de LaserPerformance. Des constructeurs et équipementiers se seraient d'ailleurs déjà montrés intéressés...

Proposed rule change: Change the ILCA Class Rules, Part 1, as follows: by deleting the words shown in strikethrough text below.

Part 1: A Builder is a manufacturer that has the rights to use a Laser trademark, is manufacturing the hull, equipment, fittings, spars, sails and battens in strict adherence to the Construction Manual, and has been approved as a Laser Builder by each of World Sailing and the International Laser Class Association.

Si des critiques s'élèvent sur la manière de faire, le scénario de l'ILCA envisage même potentiellement de faire disparaître « Laser » comme dénomination, supprimant ainsi la marque litigieuse elle-même. La situation divise jusque dans les rangs des associations régionales, notamment l'EurILCA qui s'oppose au changement de nom et aux modifications envisagées. Pour adopter ou non cette résolution, l'ILCA propose un vote à l'ensemble des membres des différentes associations de classe, insistant clairement sur la nécessité de voter oui afin de conserver le bénéfice de la décision de World Sailing. Affaire à suivre...

» Business
#Laser
#JO
#2024
commentaires
Plus de commentaires
Envie de participer à la conversation ?
Identifiez-vous ou créez un compte !